Deux jours de randonnée dans la réserve du Néouvielle (Hautes-Pyrénées)


Qu’avons-nous choisi pour conclure en beauté notre semaine dans les Hautes-Pyrénées ? Non, nous n’avons pas passé les deux derniers jours à dormir comme des marmottes, ni à écumer les bars de Saint-Lary-Soulan en nous saoulant. Nous avons troqué les petits sacs pour les gros, glissé la tente et les duvets dedans et paf ! nous nous sommes élancés dans un trek de deux jours en pleine réserve naturelle du Néouvielle. Un paradis montagnard aux dizaines de lacs (70 !) et multiples pics, bien connu des fanas de randonnée.

Carte reserve du Neouvielle Pyrenees

Si :

  • vous recherchez une randonnée plutôt difficile (mais pas trop non plus),
  • vous avez une tente et des duvets,
  • vous aimez les points de vue
  • vous voulez découvrir les lacs du massif du Néouvielle sous tous leurs angles,

alors cet article est fait pour vous ! La boucle que nous allons décrire fait environ 28km pour 1700m de dénivelé positif, grimpe jusqu’à 2500m d’altitude, passe 3-4 cols, et offre d’excellents spots de bivouac.

 

Carte trek 2 jours massif du Néouvielle

 

 

Le lac de l’Oule et les lacs de Bastan

Nous trouvons avec difficulté une place sur le parking d’Artigusse, plein à craquer en ce dimanche après-midi de juillet, et empruntons le sentier qui grimpe dans le bois, tout aussi plein à craquer. En moins d’une heure nous atteignons un barrage et, caché derrière, le lac de l’Oule, deuxième plus grand de la réserve naturelle du Néouvielle.

Lac de l'Oule, réserve de Néouvielle, Pyrénées

Nous qui redoutions des paysages secs et clairsemés, nous nous régalons de ce délicieux nappage saveur sapin des Pyrénées !

Cette zone est très populaire, notamment auprès des familles. Rassurez-vous, la majorité fait demi-tour et la suite devient plus calme.

Randonnée dans les montagnes des Pyrénées, Néouvielle

Notre estimatomètre indique 200m de dénivelé derrière nous. L’objectif est de franchir a minima le col de Bastanet avant la fin de la journée, 700m plus haut. La raideur de la pente s’accentue sous un soleil têtu. Nous transpirons à chaudes gouttes.

Lac inférieur de Bastan, réserve de Néouvielle

Bientôt nous atteignons le premier lac de Bastan. À moins que ce ne soit… une flaque de sueur ?

Lac de Bastan du milieu, Néouvielle, Pyrénées

Le deuxième lac de Bastan

Randonneurs près du Lac de Bastan dans les Pyrénées

À partir d’ici, les randonneurs à la journée ont disparu et les tentes fleurissent au bord de l’eau. Le refuge de Bastan sert boissons et repas. Surtout, il a la délicate idée de déployer des chaises longues pour le repos des guerriers.

Conseil important : au refuge de Bastan se trouve le dernier point d’eau potable avant la fin de la randonnée. Faites de bonnes réserves, voire gonflez les joues si vos gourdes sont trop petites.

Lac de Bastan supérieur, réserve du Néouvielle

Si vous cherchez à bivouaquer à Bastan, visez le lac supérieur pour plus de tranquillité.

 

Col de Bastanet et bivouac au lac de la Hourquette

De notre côté, même si les mollets commencent à tirer, la journée n’est pas terminée. Nous poursuivons notre grimpette dans un pierrier sens dessus dessous et nous demandons si le col de Bastanet ne s’amuserait pas à reculer tandis que nous avançons.

Lacs de la réserve du Néouvielle dans les Pyrénées
Randonnée dans le massif du Néouvielle, Pyrénées

Ouf, ça y est, nous venons à bout du col ! En guise de comité d’accueil, des moustiques de taille éléphantesque (Mi-raison en foudroie quatorze en dix minutes) et quelques moutons qui nous observent soupçonneux.

Moutons à la montagne, Pyrénées

« Hum ? Qui sont ces hurluberlus qui viennent piétiner mon repas ? »

Il est dix-neuf heures. Le courage nous manque pour poursuivre ne serait-ce qu’un tantinet. Il est temps de monter notre tentinette. Juste derrière le col, le lac de la Hourquette nous offre un terrain de camping idéal.

Lac de la Hourquette, réserve du Néouvielle

Une fois les sardines piquées, nous regrimpons pour admirer le coucher de soleil à hauteur d’aigle.

Coucher de soleil sur les sommets des Pyrénées

Autant nous pestions contre la canicule diurne, autant nous nous estimons chanceux qu’elle fasse barrage à la gelée nocturne.

Conseil important : Consultez les prévisions météo au col de Bastanet pour vous faire une idée de ce qui vous y attend. Si vous n’avez pas de duvets bien rembourrés, évitez le lac de la Hourquette et privilégiez les autres, situés plus bas.

Nous évoquons les lacs, car ils sont entourés d’une zone plate qui facilite le bivouac. Ailleurs, ce serait plus compliqué :

Dessin : le bivouac à la montagne

 

Nous profitons du temps clément pour admirer et immortaliser le ciel. Il est si pur qu’on s’y baignerait volontiers.

Conseil important : Attention à ne pas nager trop près de la constellation du Scorpion.

Bivouac sous la nuit étoilée près d'un lac de Néouvielle

Bivouac sous tente dans les Pyrénées
Voie lactée au-dessus des montagnes de Néouvielle

 

Lac de Port-Bielh et autres lacs en pagaille

Nous remballons notre fatras avant l’aube et grimpons hâtivement le col suivant pour prendre le soleil par surprise. Nous sommes dans la zone la plus minérale de notre randonnée dans le massif du Néouvielle.

Lever de soleil sur le lac de Port Bielh, Néouvielle
Lever de soleil sur la montagne dans les Pyrénées

Puis les couleurs se réchauffent doucement autour de nous. L’approche du lac de Port Bielh est magique. Nous nous sentons tels des sportifs de l’extrême, affrontant avec courage la torpeur et la fraîcheur matinale, arrachant à la sueur de nos muscles saillants chaque étincelle de cette aube blonde…

… jusqu’au moment où nous croisons un gamin de huit ans, sifflotant tranquillement devant ses parents. Pfff !

Randonnée au lac de Port-Bielh, réserve du Néouvielle
Randonnée dans la réserve du Néouvielle : la montagne l'été

Oh, et c’est ici que nous apercevons des marmottes ! Un animal plutôt asocial, puisqu’à peine faisons-nous mine d’avancer, il plonge dans son terrier.

Marmotte à la montagne

Nous longeons de nouveaux lacs (Port Bielh, Coste Oueillère, Gourguet…) et petit-déjeunons face à l’un d’eux. Tandis que Mi-raison s’éloigne à la recherche d’eau, une énorme vache s’approche de nos affaires.

Dessin : vache qui vient manger dans nos affaires

Un comble, pour une Normande. Heureusement nos sacs sont indemnes, juste recouverts d’un demi-litre de glutineuse bave bovine.

Randonnée à la montagne l'été : réserve du Néouvielle
Troupeau de vaches dans les Pyrénées

S’ensuivent quelques montées sacrément raides. Le soleil de plomb pèse sur nos sacs déjà bien lourds. Nous ne réfléchissons pas et avançons.

Randonnée parmi les lacs de Néouvielle

C’est le coin des randonneurs perdus. Nous en aidons plusieurs, partis avec de simples indications. Nous vous conseillons de préparer une bonne trace GPS à suivre, complétée de l’application Maps.me, afin de pallier les panneaux et marquages rarissimes.

 

Lac d’Aumar et fin de la randonnée

Après le col d’Aumar, nous dégringolons jusqu’au magnifique lac homonyme, translucide et un peu turquoise sur les bords. L’endroit idéal pour une pause dej’.

Randonnée vers le lac d'Aumar dans les Pyrénées
Lac d'Aumar dans la réserve du Néouvielle

Nous rejoignons ici la foule des débuts. Normal, le coin dispose d’un vaste parking. Une source d’eau potable est censée s’y trouver, que nenni. Ce sont des camping-caristes qui nous ravitaillent gentiment.

Un dernier col difficile plus tard, le lac d’Orédon et son immense barrage montrent leur nez. Puis c’est une « descente de la mort qui tue » qui dépose au lac de l’Oule. Pauvres randonneurs que nous croisons en sens inverse !

Randonnée sur le massif du Néouvielle, Pyrénées

Randonnée dans les Pyrénées l'été

Le panicaut, chardon bleu des Alpes

Lac d'Orédon, Pyrénées

Le lac de l’Oule, si vous vous souvenez, était le premier de notre liste. Nous découvrons cette fois-ci l’autre rive, pas mécontents d’approcher de la fin. Il ne nous reste plus qu’à nous laisser porter par la dernière pente jusqu’au parking. Quarante-cinq minutes qui semblent une éternité à nos petites épaules fourbues !

Randonnée vers le lac de l'Oule, montagne des Pyrénées

 

Bilan de cette randonnée dans la réserve du Néouvielle

En un mot : SUPERBE. Voici un cadre grandiose pour des lacs qui le valent bien. Nous avons fait ici l’une de nos plus belles randonnées ! Elle fut physique, nous en avons bavé, mais nous l’avons cherché. Il existe pour ceux qui le souhaitent d’innombrables alternatives plus courtes dans ce parc naturel. C’est simple, nous avons croisé des gens qui allaient dans tous les sens possibles !

 

Conseils pratiques pour randonner dans la réserve du Néouvielle

Itinéraire

Nous avons suivi cet itinéraire et nous remercions l’âme charitable qui l’a partagé. Cette personne doit avoir de bonnes jambes puisqu’elle l’a parcouru en 7h35. Nous avons mis plus du double ! Nous avons démarré à 15h et terminé à 17h le lendemain. Cela donne 11km et 900m de dénivelé positif le premier jour, 17km et 800m le deuxième.

Notez également que nous avons réalisé la boucle citée en sens inverse. Cela aide, en particulier pour la « descente de la mort qui tue ».

Autre conseil, en arrivant au lac de l’Oule. Évitez de passer par la « petite sente » indiquée sur la trace GPS, elle existe à peine et grimpe très raide. À la place, longez la rive côté Est jusqu’au bout du lac (la cabane de la Lude) et bifurquez à droite en suivant les marques rouges et blanches du GR10.

Spot de bivouac

Nous avons choisi de dormir au lac de la Hourquette, juste après le col de Bastanet. Il s’agit de l’un des points les plus hauts du trek, donc attention à la fraîcheur nocturne. Attention aussi aux orages, en particulier l’été. Le lendemain, une fois à l’abri, nous avons assisté à un orage non annoncé. Nous n’aurions pas trop aimé être sous la tente à ce moment-là.

Avec du recul, nous aurions pu démarrer une heure plus tôt le premier jour (vers 14h) pour nous permettre de camper au lac de Port-Bielh et ainsi mieux répartir la distance sur les deux jours. C’est-à-dire que nous aurions apprécié une deuxième journée moins longue.

Coucher de soleil sur le lac de Port Bielh, Néouvielle

Parking

Nous nous sommes garés au parking d’Artigusse qui est payant et même plutôt cher. Si vous pensez boucler la randonnée en moins de 24h, comptez 10€. Nous avons choisi 48h, soit 13€. Il est souvent complet en été, mais se vide durant l’après-midi. En patientant 5 minutes, nous avons trouvé une place.

Autres conseils

Puisqu’il n’y a pas beaucoup d’ombre, le soleil peut s’avérer votre plus gros ennemi les jours sans nuage. Ne négligez ni les protections solaires, ni l’eau. L’idéal serait d’avoir un système de purification et de se recharger dans les ruisseaux, si possible en amont des troupeaux de vaches. Enfin, si besoin, le refuge de Bastan peut servir des plats.

Loger à proximité avant et après la rando

Nous avons logé pendant une semaine au Pla d’Adet, au-dessus de Saint-Lary-Soulan, dans un petit appartement bien équipé trouvé sur Airbnb (voir l’annoncei). Mention spéciale pour la vue panoramique depuis le balcon !

Balcon avec vue sur les montagnes des Pyrénées au Pla d'Adet

Compter 40 min de route pour rejoindre le point de départ de cette randonnée.

D’autres randonnées dans ce coin des Hautes-Pyrénées

Nous avons glissé dans un article séparé trois autres idées de randonnées autour de Saint-Lary-Soulan. Celle des lacs de Barroude notamment, enchantera les bons marcheurs.



Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *